Flash info - Arrivée d’un nouvel actionnaire

Christopher Hohn, célèbre investisseur activiste européen vient d’indiquer à l’AMF (autorité des marchés financiers) qu’il venait d’acquérir 5,01 % du capital d’Eurotunnel et de ce fait, 4 ,31 % des droits de vote.

A la tête d’un des plus bouillonnants fonds d’investissement britannique T.C.I (The children’s Investment Fund Management), milliardaire philanthrope, il a été anobli il y a trois ans par la reine pour ses activités caritatives en faveur des enfants des pays en développement.

Mercredi 30 août 2017, par Didier Telliez, Stéphane Sauvage, vu 186 fois // FO Eurotunnel

Avec 5 milliards de dollars de dotation accumulée depuis 2004, la « Children’s Investment Fund Fondations » est une institution honorable qui doit sa bonne santé aux performances de son fonds d’investissement. Si celui-ci se porte bien, la fondation en profite, alors pour la bonne cause, tous les coups financiers sont permis et quand il s’agit de défendre les intérêts de ses clients, le gestionnaire avisé, Chris Hohn n’a rien d’un enfant de chœur !

A aujourd’hui, il n’a pas indiqué les raisons de l’acquisition d’un peu plus de 5 % du capital de Groupe Eurotunnel, plusieurs scenarios sont envisageables pour celui qui revendique être le défenseur des petits actionnaires (interview « le monde ») il a d’ailleurs entamé un bras de fer avec les dirigeants du groupe « Safran » pour faire échouer le rachat de l’équipementier aéronautique « Zodiac » jugé par son fonds d’investissement à l’encontre des intérêts des actionnaires du groupe « Safran ». Une manière pour lui de tester la crédibilité de la place de Paris.

Par son arrivée dans le capital Groupe Eurotunnel, « T.C.I investissements » envisage-t-il de relancer l’action Eurotunnel au point mort depuis plusieurs années ?
Juge-t-il que les dividendes versés aux actionnaires ne sont pas assez importants et que la politique d’investissements du groupe est, elle, trop élevée ? (ElecLink, achats de navettes, maintenance mi- vie, etc.).
Va-t-il réclamer un allègement supplémentaire de notre dette ?
Veut -il profiter des incertitudes qui règnent autour du « Brexit », de la dépréciation de la livre sterling par rapport à l’euro ainsi qu’un affaiblissement de la croissance britannique pour spéculer sur le titre Eurotunnel ?
Souhaite-t-il redéfinir les projets de diversification et réclamer des mesures de restructuration ?

Une chose est sûre, ce fonds a la réputation de se concentrer sur quelques grands groupes afin de tirer profit de situations spéciales !

Il est fort à parier que début 2018 avant l’assemblée des actionnaires du groupe Eurotunnel, ils dévoileront leurs intentions et essaieront comme ils ont l’habitude de le faire : rallier à leur cause une partie des actionnaires. Néanmoins, à aujourd’hui, ils n’ont pas une position dominante pour décider de l’avenir du groupe.

D’après nos informations, ils n’ont pas sollicité notre Président, Jacques Gounon pour une rencontre et ne l’ont pas informé de leurs intentions.

Bien évidemment nous suivons avec vigilance l’arrivée de ce nouvel actionnaire et ne manquerons pas de revenir vers vous.

Restant à votre disposition.

Bien à vous.

Stéphane Sauvage, Secrétaire de Force Ouvrière Eurotunnel.
Didier Telliez, Président de l’actionnariat salarié Eurotunnel.

0+0 réagir